Oulimots 2022S32 : une contrainte par roulement

Mots contraints : Roulement, aide, baba, vraiment, merci, attendre, dimension, profond, désir.

Les oulimots de Nicolaï Drassof :

Votre profond désir de réussite me laisse baba. Le moindre roulement de tambour vous émoustille et vous aide à viser la quatrième dimension sans attendre. Merci,vraiment merci de cet enthousiasme.

Une admiratrice.

****

Les oulimots d’Herbe Rouge :

Je m’emmerdais. Attendre ici pendant des heures d’avoir enfin le droit de passer dans l’autre dimension, c’était d’un chiant à mourir. Alors oui, j’avais besoin de leur aide, oui, vraiment, je leur disais merci. Mais merde, que c’était long et chiant. 

Tout ça à cause d’une histoire de roulement. C’est qu’on ne pouvait pas être trop nombreux en même temps de l’autre côté, bien entendu. 

Mais quand même, entre celui qui voulait absolument explorer au plus profond de son âme et celle qui voulait expérimenter le désir sous toutes ses formes, ils ne pourraient pas instaurer un genre de priorité, quelque chose ? 

Genre, moi, j’avais absolument besoin d’aller goûter au baba au rhum, c’était tout de même bien plus important. Alors je devrais être prioritaire non ?

****

Les oulimots de SH Kovski :

Il y a un roulement de tambour, au lointain, derrière les collines. La guerre gronde. J’entends comme des appels à l’aide, des râles d’agonies solitaires, les morts en suspens, qu’une tombe même ne viendra jamais abriter. Et je reste pétrifié.

Notre Capitaine sonne la charge. Je ne sais pas si c’est le rhum qu’il a bu avec les officiers, s’il s’enivre pour occulter la mort promise. Il sonne la charge, il est saoul, il empeste. J’en suis baba. Il me donne envie de vomir. Je cours à mon tour, vraiment. Pour le fuir lui. Pour avancer l’heure de ma mort.

Je me souviens de la foule au départ de la gare. J’entends les Merci ! Merci pour la patrie !

La patrie, j’en rejoins le sein libre, six pieds sous terre, sans attendre, à la guerre comme à la guerre.

La vie n’a de valeur qu’à la dimension du cercueil que l’on vous offre au grand soir. Même là, je manque de place. Ma famille ne pleure qu’une caisse de sapin vide. Mon corps n’a jamais été retrouvé, et j’éprouve comme un profond désir de hanter ceux qui vénèrent la guerre.

****

Les oulimots d’Elisa Stark :

Ce baba au rhum m’a donné un profond désir d’en déguster un autre. Sans l’aide de personne je suis revenu dans la pâtisserie d’un des grands pâtissiers que j’admire régulièrement à la télévision. Après cette première dégustation j’ai l’impression qu’un roulement à bille s’est mis en route dans mon corps pour me diriger directement vers ce lieu de gourmandise sans attendre une minute de plus.  Vraiment, merci chef pour m’avoir procuré autant de plaisir gustatif.

****

Les oulimots de Dick :

Le performer arriva sur la scène, précédé de roulements de tambour et nous présenta un godemiché hors normes : 

  • Oyez oyez braves gens ! Avec l’aide de mon assistante préférée, Ursula ici présente, je vais me prendre cet énorme jouet dans le baba.

Le public manifesta sa surprise comme un seul homme :

  • Vraiment ? 
  • Oui et merci d’avance d’attendre avant d’applaudir que le tour soit fini. Les dimensions de l’objet, que je vais faire pénétrer bien profond dans mon cul, nécessitent une grande concentration.

Je me hasardai à une question :

  • Et de désir aussi, non ?
  • J’ai la chance de vivre de ma passion. 

****

Les oulimots de Marie Bulsa :

J’étais un autre homme du style « baba cool » avant de tomber sur elle. Vraiment un drôle d’énergumène, un dragueur professionnel. 

J’écumais la plage avec un « roulement de mécaniques » avant de retourner à mon bar. Pas de quoi être fier.

Et ce jour-là, je suis rentré dans une autre dimension. Elle m’est apparue, tel un ange, me demandant de l’aide.

Des hommes la poursuivaient. J’ai regardé son visage et j’ai fondu. Je lui ai dit d’attendre derrière le bar dans le local de réserves.

Je l’ai cachée et je suis allé la chercher en fin de journée. Elle n’a pas cessé de me dire « merci » et j’ai eu un profond désir de l’embrasser avant qu’elle ne disparaisse.

Sauf qu’après mon service, les gars m’ont attrapé et m’ont fait passer l’envie de l’avoir aidée. Ils voulaient savoir où elle se trouvait et je ne le savais pas. Ils étaient décidés à me faire parler.

Ils m’ont fait avaler mes dents et m’ont laissé sur le carreau, les côtes cassées après s’être rendu compte que je ne savais rien.

Aujourd’hui, le dragueur professionnel a disparu !

****

Les oulimots de Bella Dona :

Départ en vacances,

Désir profond de paix, de repos, de zénitude.

Destination inconnue, baba cool avec notre van vintage.

Juste changer de dimension, direction l’autoroute.

Soudain

crac, crac, crac, un bruit  sourd.

Bizarre le van toussote, se cabre, les roues bloquent puis s’arrêtent.

Direction l’aire d’autoroute.

Aucun de nous ne sait bricoler.

SOS à l’aide au garage le plus proche.

Vraiment, par chance, le dépanneur ne se fait pas attendre le verdict aussi :

Deux roulements à bille ont rendu l’âme.

Finalement nous pourrons récupérer le van le lendemain.

Il ne reste plus qu’à dire merci et à demain.

En route pour visiter la ville la plus proche.

Soudain le temps n’a plus d’importance,

nous sommes en vacances,

attendons la nuit et que le ciel se fiance

avec les étoiles

en silence.

****

Les oulimots de Patrice Saucier :

Attention… roulement de tambour… C’est du rôti de porc. 

Oui, je possède ce don pour deviner aisément les odeurs de cuisson qui émanent de ton four. Je détecte également des traces de baba au rhum dans l’air ambiant. Décidément, tu veux vraiment me gâter !

Sans attendre, j’ai envie de prendre place à ta table et d’espérer, du plus profond de mon âme, que ce rôti sera aussi satisfaisant que le désir que j’ai pour toi !  

Après le repas, je me détendrai, j’entrerai dans une nouvelle dimension de repos et je baiserai. Avec qui ? Toi, bien sûr ! Merci pour la confiance… Tu seras alors mon digestif libidineux, mon verre de grappa que je dégusterai doucement, bien entendu avec ta permission. 

Sinon, on bouffe et je ne demanderai rien d’autre que d’entendre tes récits de voyage et tes préférences entre Nathalie Sarraute et Hélène Bessette. 

Que Lilith me vienne en aide pour que le scénario le plus fauve se produise !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s