S48 28/11 : une contrainte linguistique

Mots contraints :Pétanche, foutraque, conjuguer, décliner, indicatif, morphologiquement, expansion, gradation, syntagmatique.

Les oulimots de Pidgy :

Sans tête pour la queue…

“Quand tu m’as dit : Viens, je vais te conjuguer ! J’ai failli décliner mais en te regardant je me suis dit : pourquoi pas. C’est peut-être foutraque de laisser passer une occasion ! Mais je t’avoue que ta gradation dans l’expansion de ton obscur objet de mon désir me file une pétanche comme jamais je n’ai eue !

— Quoi ? Kestata ? Est-ce morphologiquement qu’elle te plait pas Zézette ?

— Bon, ça suffit ! Les curiosités issues de l’anormalité m’amusent en estampes, voire en do(cul)mentaires animaliers mais pas de ça Lisette ! Je ne mange pas de ce pain là ! je n’ai pas envie de m’étouffer !

Tu ne mettras pas ton syntagmatique dans mon paradigme, épicétou ! Et je ne dis pas ça à titre indicatif mais bien impératif ! Colle toi bien ça dans l’éponge qui te sert de cerveau dans ta caboche d’ahuri. Je retourne dans la boîte ! Je veux trouver ma dose de bonheur ce soir et je vais voir si je trouve un dealer un peu plus ad hoc que toi.

— C’est ça ! Casse toi ! Tu passes à côté d’une occasion en or ! Allez, c’est pas le tout faut que je range toute la marchandise maintenant ! Punaise, la corvée…”

Le blog de Pidgy

****

Les oulimots de Camille Sorel :

Je venais de passer quelques jours irritée et il me fallait décliner ma rage. La contenir était vain, je visais l’expansion.

Je pensai à Edmond. Pétanche, après tout ! S’il était à mes pieds, il fallait que ça serve. (A titre indicatif, si vous arrivez juste, Edmond est majordome.

D’un point de vue purement syntagmatique, si j’égrène ses fonctions, le code du travail ne conjugue pas ses heures jusqu’à souffre-douleur. Mais ce qui rend Edmond inestimable, c’est que s’il me sert – depuis belle lurette – c’est juste par amour.

Donc, j’appelai Edmond, et selon l’habitude, il vint son ventre à terre. (En gros, il accourut.)

J’avouai simplement ma joie de le revoir. (Toujours aussi foutraque, pendant ses longs congés, il avait fait le tour des Maîtresses du canton.)

— Edmond, mon vieil ami ! Enfin, vous revoilà !

— Madame, vous savez bien : un seul mot et j’accours.

— J’espère que cette fois tu ne le regretteras pas… J’ai une contrariété : mon humeur est atroce et par étrange gradation, ça ne cesse d’empirer. J’espérais carrément me défouler sur toi. Ça ne pose pas de problème ?

— Vous savez bien, Madame, par vos mille bontés, que, morphologiquement, je peux bien encaisser tous vos défoulements. Mais j’ose suggérer…

— Eh bien ! Quoi ?

— Il me semble, Madame, qu’un long massage à l’huile, avec une musique douce, et tous charmes encagés, vous irait à merveille.

— Que tu es insolent. Toujours à suggérer ! Eh bien soit, mon Edmond, masse-moi donc, sans tarder. (Mais laisse-moi bouder. Mon humeur est méchante, je tiens à rester vache.)

Le blog de Camille Sorel

****

Les oulimots de Faffwah :

— Ti piace petanche ? Voglio giocare con le tue palle.

Ma maîtrise de la langue de Dante était par trop limitée pour saisir le sens des paroles de Flora ma belle romaine. Et, faute de comprendre ce qu’elle me disait, j’aurais pu décliner son offre si, à titre indicatif, elle ne m’avait pas mis franchement la main au paquet, renforçant ainsi l’axe syntagmatique de son énoncé.

Hormis l’aspect foutraque de son entrée en matière, elle me tenait donc morphologiquement par les couilles. Ce qui aurait pu être douloureux eut au contraire pour effet, l’expansion immédiate de mes corps caverneux et donc une érection sans la moindre gradation depuis l’état flaccide.

Il était donc temps de lui faire la contre proposition d’une partie de billard maintenant qu’ensemble nous pouvions conjuguer l’usage de queue, boules et trous.

Le blog de Faffwah

Un commentaire sur “S48 28/11 : une contrainte linguistique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s